Publications

Retour sur le stage avec Ikeda Hiroshi Août 2014

par Romaric Izzo

On arrive 

Nous voilà Laurent, Xavier et moi au stage du Vigan, dirigé par Ikeda Sensei.

Ikeda Hiroshi débute l’Aïkido en 1968 à l’université de Kokugakuin à Tokyo.

C’est en 1976 qu’il rejoint aux Etats-Unis Saotome Sensei dont il devient l’Uchi-deshi.

Le Boulder Aïkikaï  voit alors le jour en 1980 sous le cadre de l’Aïkido school of Ueshiba.

Depuis Ikeda Sensei dirige des stages en Europe, aux USA et il est le successeur de Saotome Sensei.

Autrefois dirigé par Saotome Sensei, nos anciens de l’Ecole Tenchi « les expendables » ont pu pratiquer sous sa direction au Vigan.

C’est ainsi que depuis longtemps nous entendions parler de ce stage qui, d’après notre enseignant et nos grands frères de l’Aïkido était très intéressant.

Qu’est-ce qui nous a poussé à y aller maintenant et pas plus tôt, mystère? Alors que pendant des années nous aurions pu côtoyer Saotomé Sensei et bien d’autres gens de qualité. Nous n’étions pas enfermés dans une cave, enfin je crois.

Cela fait réfléchir sur le fait qu’il faut explorer l’Aïkido tel un Indiana Jones qui  explorerait un temple Maya, (par contre n’essayez pas d’embarquer un fouet sur le tatami, c’est comme dans les avions, vous allez vous faire jeter), restons curieux et avide de nouveauté.

Pour citer notre enseignant de la semaine, il faut essayer et même si ça ne nous a pas plu, au moins on aura essayé.

Tout ça pour dire qu’on a essayé et Ikeda Senseï  a su se montrer très disponible pour nous. Effectivement nous ne sommes que lundi et nous  avons déjà déjeuné deux fois avec Ikeda  Sensei. Une première  fois par « hasard », nous cherchions un endroit où manger et sommes tombés sur le Senseï qui déjeunait  avec l’organisatrice du stage et il nous a gentiment proposé  » join table »?  Nous avons pu converser en anglais et passer un agréable moment et du coup, il a accepté notre invitation (plutôt celle de Xavier) au déjeuner du lundi où nous étions tous les quatre et avons  pu parler d’Aïkido, de nos métiers, de cinéma, de nos différences culturelles…

de gauche à droite: Laurent, Romaric, Ikeda Hiroshi et Xavier

de gauche à droite: Laurent, Romaric, Ikeda Hiroshi et Xavier (photo X)

Mais parlons maintenant de la pratique.

Du travail sur saisie :

« Change, find the right spot, break balance and partner can’t fight » …

Effectivement, nous avons commencé sur un travail de saisie latérale du poignet (Katate-dori gyaku-hammi), il fallait commencer par changer quelque chose en nous avant de pouvoir changer l’autre, faire basculer son centre pour changer, ensuite le travail consistait à trouver le bon endroit, « the right spot ».

Lors d’un repas partagé avec Ikeda Senseï, pour répondre à la question de Laurent, il nous a dit que le « right spot » était placé différemment  selon les individus et que c’était une recherche personnelle.

Analogie à Willow, le grand mage doit choisir un nouvel apprenti et la question finale est:
«Dans lequel de mes doigts repose toute ma magie »?

Réponses des uns et des autres, le petit doigt, l’annulaire, le majeur.

Les 3 finalistes échouent, même Willow. Par la suite, il s’entretient avec le Mage  avant le périple et finit par dire que la magie ne repose dans aucun doigt…

Pour en revenir à nos moutons, pour faire comme si vous y étiez, la plupart du temps, quand il parlait du « right spot », il montrait avec son index un point sous le croisement de la veste de son kimono, qu’il montra aussi avec ses deux doigts (majeur et index). Parfois il montra un point à la lisière de son Hakama. « Right spot » également montré avec le petit doigt.

Voilà pour les détails du bon endroit.

Pour continuer dans les descriptions de la pratique, au début sur saisie latérale du poignet, il y avait une greffe de la main vers le bras (intérieur du poignet du partenaire), poing légèrement refermé.

La saisie devait s’effectuer fermement avec force, là il y avait un mouvement du poignet et du corps, mais le travail d’Uke était de forcer sans réajuster, c’est-à-dire que vos pieds sont fermement ancrés dans le sol, mais si un déséquilibre intervient, vous ne devez  pas réajuster mais perdre votre « balance « . Nous reviendrions plus tard sur ce point qui m’a d’ailleurs valu les foudres du Sensei, Oupss…

Après se changer soi-même, trouver le « Right spot », venons en au fameux, « Break balance ».

Ikeda Hiroshi (photo X)

Ikeda Hiroshi (photo X)

Le tout est de franchir les deux premières étapes et maintenant il va falloir faire perdre l’équilibre du partenaire. Comme décrit plus haut, la main, poing fermé, très souple, à  la limite du très Yin, se greffe au poignet d’Uke et le message est de cheminer dans le bras pour mentalement, trouver le point d’équilibre du partenaire.

Un peu plus de saisies en Gyaku-hammi? oui merci

C’est en gros le travail des 3 premiers jours. Le 4éme jour de stage qui était pour nous le troisième, nous sommes arrivés le lendemain du début des hostilités, et oui, je sais, c’est dingue, ils ne nous ont pas attendu pour commencer, le travail des armes a débuté.

Nous avons pu voir avec beaucoup de plaisir un magnifique dégainé de bokken pour montrer l’analogie de la relaxation dans le travail aux armes.

Maintenant le travail des armes devient courant dans la pratique.

Mais la redondance des saisies et le travail toujours très en souplesse avec très peu de chutes commençait à être un peu, pas ennuyeux, mais un peu trop répétitif. Après, honnêtement, ne faut-il pas apprendre à marcher avant d’apprendre à courir, gonflé de ma part de dire çà, moi qui ai voulu apprendre à voler avant d’apprendre à courir.

Nous en voulions plus. Pour ma part ce qui me gênait le plus était la règle d’or de tout ce travail, il ne fallait pas compenser  pour rattraper une éventuelle perte d’équilibre quand nous étions en position d’Uke.

Je trouvais çà trop contextuel, pas assez ancré dans mon monde.

Vers un voyage mental 

Mais attention un travail toujours très intéressant, avec je trouve pour ma part, une démystification du travail de l’Aïkido subtil.

Par exemple, Bokken contre Bokken, en prenant le Ma-ai, il nous fallait faire le même chemin, « Change, Find the Right Spot, Break balance ».

Là, nous rentrions depuis quelques heures de pratique déjà dans du travail mental, où ni le corps ni les doigts ne bougeaient plus.

Un voyage mental donc, très agréable à pratiquer.

Percevoir le Ki (photo Insight Magazine)

Percevoir le Ki (photo Insight Magazine)

Mon « Oupss » en détail

Lors d’un travail au bâton avec deux partenaires,  je me suis donc attiré les foudres d’Ikeda Senseï.

Ce travail consistait alors à avoir deux partenaires en face de soi qui tiennent chacun dans une main une extrémité d’un Jo.

Le boulot de Nage est donc de se positionner au milieu du bâton, un partenaire à droite et un à gauche, du doigt il nous faut toucher le Jo en son milieu et faire le même chemin que vous connaissez maintenant et déséquilibrer les deux partenaires. Sans poussée physique je vous le rappelle, encore une fois, un voyage mental et de l’Aïkido recherché.

Mais voilà, avec mes deux partenaires, très sympathiquement, on en est venu au même point, c’est-à-dire, « euh, ça marche si on résiste pour de vrai »?

Par « pour de vrai », je veux dire en ajustant notre équilibre.

Et là, c’est le drame. Ikeda Senseï est arrivé au moment où je tenais une des extrémités du Jo, en compensant.

Il m’a réprimandé sur le fait de mon ajustement d’équilibre et dit très sèchement que si on me faisait pareil je n’y arriverai pas !

Ne comprenant pas cette réaction un peu excessive, j’avoue que j’ai perdu l’habitude qu’on me gueule dessus, je me rappelais que quelques mouvements en arrière je l’avais saisi, comme beaucoup et que j’avais ajusté mon équilibre, Oupss.

Il avait dû s’y reprendre pour me faire « break balance »

J’avoue sans problème que blessé dans mon égo, j’ai été un peu saoulé par ce contexte.

Mais bon, j’ai sale caractère parfois.

Le bon côté des choses c’est que j’ai pu observer  avec un point de vue différent.

Enfin du Nitten Ryu!

L’école des deux sabres, à la base j’avoue que j’étais venu pour çà, le peu qu’on a pu voir et faire, j’ai adoré.

Je vous rappelle que Ikeda Sensei est excellent au sabre.

Toujours un plaisir à travailler à deux, des enchainements très fluides, j’adore.

Une très belle démo de couteau contre mains nues 

Sur une attaque au couteau par un de ses habitués des Etats-Unis, un mouvement très Yang, explosif, Aïki-justu dans l’âme, un déplacement très court, très précis, vraiment très agréable à voir, pas à subir j’imagine, l’atemi n’étant pas donné à moitié. Mais j’aime.

Un Senseï pas très content du niveau 

Les exercices étaient souvent interrompus pour nous rappeler qu’il ne fallait pas utiliser la force physique, souvent avec beaucoup d’humour et un discours bien rodé.

Mais alors, pourquoi avoir poussé les applications jusqu’à des extrêmes, des exercices ou par un simple contact d’un pli de kimono, il fallait déséquilibrer Uke.

Je ne pense pas que çà soit une raison de type scolaire où, quoi qu’il en coute, le programme doit-être fini avant la fin de l’année, la semaine pour nous, mais bon…

Pour conclure

Un stage de qualité, des gens de qualités.

Un travail qui mérite d’être vu et pratiqué, de plus presque 10 jours de pratique ne peut faire que du bien à votre Aïkido, aux directions que vous voulez suivre, au « style » que vous aimez, asseoir ou balayer vos convictions.

NB: Romaric nous accueillera au Dojo des Bosquettes à Sainte-Maxime le dimanche 7 décembre pour le stage inter-dojos de l’Ecole Tenchi d’Aïkido.

 
 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *