Publications

1 cerveau, 2 hémisphères, 3 centres

Rappelons succinctement et schématiquement quelques notions.

L’encéphale comprend tout ce qui est contenu dans la boite crânienne et est composé pour résumer:
-du cerveau,
-du cervelet (responsable de la coordination des mouvements du corps),
-et du tronc cérébral (responsable du contrôle de l’activité cardiaque et pulmonaire).

Ensuite la moelle épinière, responsable des arcs réflexes (réflexes non conditionnés) est protégée par la colonne vertébrale.

L'encéphale de profil

L’encéphale de profil gauche

Le cerveau est divisé en deux hémisphères gauche et droit reliés par une structure, lieu de passage et de croisement des voies nerveuses.
L’hémisphère gauche commande l’hémicorps droit et est responsable de la logique, des mathématiques et du rationnel. Sauf rare exception, le centre du langage est à gauche.
L’hémisphère droit commande l’hémicorps gauche  et est responsable de l’intuition, de l’irrationnel et du domaine artistique.

Les hémisphères vu du dessus

Les hémisphères vus du dessus

Remarquons au passage que la main représente en aire associative et de projection une part très importante et plus spécialement le pouce!

La théorie du cerveau triunique de Paul Mac Lean en 1969 décrit l’apparition de trois stades ou trois couches d’évolution du cerveau dans l’espèce animale et humaine.

La première structure ou couche profonde ou cerveau reptilien serait apparue il y a 400 millions d’années avec le passage du poisson sortant de l’eau pour donner naissance au batracien. D’une façon générale, c’est le cerveau des poissons, des amphibiens, des reptiles et des oiseaux; il correspondrait au tronc cérébral chez l’homme, soit l’interface entre l’encéphale et la moelle épinière.
Sur le plan du comportement, il correspond à l’acte non pensé, à la mémoire récente, à l’instinct, à la survie de l’individu et de l’espèce.
Dans le domaine des arts martiaux, il permet le comportement guerrier (Bujutsu japonais ou wushu chinois), où il est question de vie ou de mort. C’est le cerveau du prédateur, du tueur.
Pour le Taoïsme, il correspond au premier Tan-Tien ou Hara. La rapidité de la mangouste est possible car l’action ne passe pas par la réflexion.

La deuxième structure ou couche moyenne ou cerveau mammifère serait apparue il y a 65 millions d’années avec les premiers mammifères. Il serait localisé dans le système limbique et serait responsable de la mémoire ancienne, de notre comportement psychique, émotionnel et affectif. C’est lui qui commande nos réactions aux stress.
Dans le domaine des « arts martiaux » (il vaut mieux parler de sports de combat), il gère le comportement sportif, le plaisir du jeu et le rituel d’une façon générale. Les arts martiaux devenus sports de combat et de compétition puis « gym de combat » appartiennent à ce niveau.
Pour le Taoïsme, il correspond au deuxième Tan-Tien ou centre cardiaque du Kokoro.

images-3

La troisième structure ou couche superficielle ou cerveau néo-cortex (surface du cerveau) serait apparue il y a 3,6 millions d’années avec les australopithèques et la bipédie qui a permis le développement de la main et de l’encéphale. Il permet l’intellect, le langage et la logique. Il est responsable de la mémoire à moyen terme.
Dans le domaine des arts martiaux, il permet la naissance des Budo à la fin du XIXe siècle avec le Kendo, le Judo et le Kyudo et la transformation d’une finalité guerrière en finalité spirituelle. Il faudra attendre 1935 pour le Karatedo et 1942 pour l’Aïkido.
Remarquons  que la majorité des pratiquants des Budo modernes sont dans une finalité loisir et sportive et par conséquent dans une utilisation de leur cerveau mammifère.
Par analogie avec la pensée taoïste, il correspond au troisième Tan-Tien.

Depuis les années 90, la science a pu démontrer que les intestins comportent des neurones sous forme de plexus en relation avec les neurones cérébraux par le grand sympathique mais reste néanmoins autonome. Il est responsable à 95% de la sécrétion de la sérotonine, neurotransmetteur des émotions.

L’orient parlait depuis des millénaires de « cerveau abdominal » mais la pensée asiatique était taxée de symbolique. En fait, c’est une réalité anatomique, physiologique et psychologique. Cela explique pourquoi l’intestin est le premier organe à réagir en cas de  stress, d’où l’expression populaire « luttes intestines »! L’intestin est donc considéré comme un petit cerveau ou deuxième cerveau  (de plus, il a aussi une fonction de petit rein).
Dans la philosophie taoïste, il correspond (ou projection) au premier Tan-Tien et au Hara japonais.

Mais ce n’est pas tout. Il a été prouvé que des neurones existaient dans le coeur en relation bilatérale avec le cerveau. Cette connexion se fait par la voie anatomique (nerfs), biochimique (hormones), biophysique (pression artérielle) et électromagnétique (le champ du coeur est 5000 fois plus intense que celui du cerveau). On peut donc parler de « cerveau cardiaque« !
En médecine chinoise, la mémoire dépend du coeur. Pensons aux expressions « apprendre par coeur », « je l’ai sur le bout de la langue » (zone qui dépend du coeur!). Il est curieux de noter qu’apprendre par coeur permet de développer… le Ki! Maître Ueshiba possédait une mémoire prodigieuse et connaissait des classiques chinois par coeur dès l’enfance.
Il est important de souligner que pour cette médecine, le cerveau n’existe pas en tant qu’organe: ni organe creux, yang comme l’estomac, la vessie …, ni organe plein, yin comme le coeur, le rein… Le cerveau est en fait dépendant de plusieurs méridiens et peut être envisagé comme une projection de type hologramme.
Pour le Taoïsme, c’est le deuxième Tan-Tien et nous renvoyons au séminaire 2013 sur « Lâ, la main du Kokoro » (article réservé).

Les trois Tan-Tien

Les trois Tan-Tien

L’hypothèse du cerveau triunique est contestée et nous n’aurons pas la prétention de juger et prendre parti. Un schéma simplificateur permet souvent un développement pertinent.
Par analogie, le modèle planétaire de l’atome de Rutherford s’est révélé faux mais a permis d’introduire la probabilité de présence de l’électron et le modèle quantique.

La physique quantique ne s'oppose pas à la physique newtonienne car tout est relatif! Dixit Albert...

La physique quantique ne s’oppose pas à la physique newtonienne car tout est relatif! Dixit Albert…

Parler du cerveau sur le plan des sciences modernes occidentales, de l’énergétique chinoise et des traditions taoïste ou hindou revient à poser une question fondamentale:

Où se trouve le siège de la conscience? Est-ce dans le cerveau?

En 1975, le psychiatre américain Raymond Moody publiait une étude qui fit beaucoup de bruit sur les « expériences de mort imminente » (EMI) ou « near death experience » (NDE).
Pour résumer, un patient est réanimé au stade d’arrêt cardiaque, respiratoire et/ou cérébral. Il est alors rapporté un état de conscience avec sortie du corps, mémorisation du travail et du dialogue du personnel de réanimation, vision de tunnel, de personnes décédées, de lecture et bilan de vie etc.
Cette expérience est inconstante, indépendante de la religion, de l’éducation, de la culture, de la durée de l’inconscience et de « la mort clinique ».

La physique quantique émet une théorie qui nous interpelle et pourrait éclairer les EMI.

L’homme baignerait dans un champ quantique informationnel qui rappelle la théorie des « champs morphogénétiques » de Ruppert Sheldrake ou encore le « champ de point-zéro » ou « champ Akashique du vide quantique » d’Erwin Laszlo, Ether de l’occident et serait à l’image du Cloud de l’internet.
Notre cerveau serait donc l’équivalent d’un ordinateur pour capter l’information. En d’autres termes, la « conscience individuelle » serait en connexion avec la « conscience cosmique« . On parle aussi de lien quantique. Cela expliquerait la théorie des coïncidences et pourquoi des découvertes sont faites au même moment dans le monde alors que les chercheurs ne se connaissent pas et sont géographiquement éloignés.
Par conséquent, le cerveau serait un lieu de stockage mis en action par la pensée Je.

Le cerveau, le soleil et l'univers

Le cerveau, le soleil et l’univers

Tout ce qui précède peut paraître complexe et déplacé pour un pratiquant lambda. Mais cher lecteur qui nous faites l’honneur de nous lire, nous vous considérons comme un Adepte avec un corps physique, un psychisme et un Esprit; la tête et les jambes en quelque sorte et pas seulement du muscle! Et quand on parle de tête, il est intéressant de comprendre le cerveau et son fonctionnement.

Pour un débutant ou un jeune pratiquant, l’habitude est de raisonner, de vouloir comprendre. En occident et particulièrement en France, pays de Descartes, le rationnel fait travailler l’hémisphère gauche et le néo-cortex. Quand un débutant dit: « j’ai compris » après avoir entendu quelques explications, cela prouve…qu’il n’a rien compris si ce n’est au niveau intellect tout au plus, mais pas au niveau moyen (cerveau mammifère), et encore moins au niveau profond reptilien ou Hara. En cas d’attaque même conventionnelle et à fortiori venant d’un prédateur ou d’un tueur, il est inimaginable d’utiliser une pensée, un raisonnement sous peine de punition, de correction voire la mort. C’est l’histoire bien connue du millepattes à qui l’on demande comment il fait pour coordonner 500 pattes de chaque côté. Le millepattes se met à réfléchir et finit par mourir sur place!

Un apprentissage et un savoir intellectuel si intéressant qu’il soit, ne remplacera pas une expérience intuitive qui passe par l’hémisphère droit. C’est pour cela que nous n’approuvons pas les enseignants ou experts qui ne pratiquent qu’à droite sous prétexte que 95% des hommes sont droitiers. Il est curieux de noter que certains rites taoïstes font débuter des exercices notamment la marche par le côté gauche.
En fait, l’éducation et le développement doivent se faire par un équilibre entre les deux hémisphères, sachant qu’il y a un temps pour se taire et écouter et un temps pour comprendre et réfléchir.
Remplir des cahiers de notes revient encore à l’histoire du millepattes. Ah ce cerveau gauche!

Il est courant de voir un débutant tellement enthousiaste qu’il veut aller partout, suivre plusieurs enseignants en même temps. Ce sont ceux là qui arrêtent les premiers avec les « trop doués »! Aussi déconseillons-nous le papillonnage pour la fidélité envers son professeur. Le débutant n’est pas capable d’assimiler ce qu’il prend pour des contradictions. Il faut une certaine maturité (disons 1er Dan et encore!) pour ne pas être perturbé par des différences plus ou moins apparentes.

Euréka! une soudaine idée de génie (cerveau droit) nous « illumine ».
Et si pour le jour où nous serons retraité, nous devenions « agent d’Aïkidokas » comme il y a des agents pour les footballeurs professionnels. Nous ferions des ventes ou des échanges de pratiquants au Dojos; il y aurait un « mercato » ou « mercatao » ou « mercado », la « voie du marché » en quelque sorte! L’idée passant au cerveau gauche permettrait de calculer le profit… pour l’agent. Pour le joueur, pardon l’artiste martial, c’est secondaire, car comme pour les écuries des adolescents boxeurs Thaïs, une fois usés…

Pour l’enseignant, la pédagogie expliquée par les hémisphères est équivalente. Il ne sert à rien de donner trop de détails à la fois. Il est courant de voir un ancien de bonne volonté asphyxier le débutant avec une foule de détails et lui mettre un cerveau prêt à exploser! L’enseignement par l’intuition permet une progression beaucoup plus rapide pour autant que la tasse de thé du récipiendaire soit vide (idées, concepts, préjugés…égo!).
Il est fréquent en Asie d’enseigner par le silence et donc l’imitation. A l’élève de se débrouiller en étant attentif, concentré et faire marcher son hémisphère droit. La transmission par la parole est inférieure à celle par le geste, elle-même inférieure à celle par le silence.
Il faut comprendre le silence comme étant non pas l’absence de paroles mais comme le silence mental.

Enseigner est une chance, un privilège mais aussi un devoir et une responsabilité. L’idéal serait la maitrise.
Mais quelle maitrise? Technique? Morale? Psychique? Spirituelle?
Autant dire qu’il n’y aurait pas beaucoup d’enseignants!
Il est certain qu’enseigner permet de comprendre et de progresser. Mais nous préférons la notion de « grand-frère » qui tient la main de son « petit frère » pour l’aider à traverser. C’est dire si nous avons tous un devoir de transmission et donc d’enseignement à condition de pas avoir le complexe du gourou et de pas imposer ses conseils surtout quand le partenaire n’en veut pas! L’humilité et la lucidité doivent nous inciter à être prudents.

Vous noterez, contrairement à ce qui a pu être dit, que le troisième Tan-Tien est discrètement et régulièrement étudié. Il est appelé  « Palais du Ming-Tang » ou « Palais du Nihuan« . Nihuan est un mot chinois qui vient du sanscrit « Nirvana »!..

O Sensei, maître de guerre, puis mystique et enfin Maître de Sagesse

O Sensei, Maître de guerre, puis mystique et enfin Maître de Sagesse

Cette étude éclaire pourquoi un Maître de guerre comme O Sensei est devenu après ses réalisations un Maître de Paix transformant un Bujutsu (art martial, art de guerre) en Budo spirituel d’Amour.

JMT

 
 

2 commentaires

  1. Clara

    Toutes ces informations nous aident à avancer sur le chemin, à nous élever toujours un peu plus.

    La progression vers la montagne est lente et le sommet paraît loin …

    Merci pour cette transmission de connaissances.

  2. Avoir une très haute idée de son art, et se vouer à le transmettre, c’est un acte de foi envers l’humanité toute entière!
    Merci d’élargir notre conscience.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *