Publications

Un pour tous, pas tous bourrins

L’histoire se passe à la faculté durant un cours de psychiatrie.  Comme cela arrivait de temps en temps, du haut de l’amphithéâtre part un avion en papier qui plane en circonvolutions vers la table du conférencier. Sans se démonter, l’orateur fait une analyse de la psychologie de l’auteur de cette plaisanterie estudiantine.
il n’y eut plus jamais de lancer d’avion!

Cela pourrait être drôle de faire le même type d’analyse avec certains pratiquants de Budo qui jouent à la guerre et au Samouraï. Fervent partisan des soirées déguisées et autre bals masqués, il n’en reste pas moins que l’habit ne fait pas le moine. Porter un costume de guerrier féodal ou autre tenue de camouflage comme nous le voyons en stage multidisciplinaires peut prêter à sourire. Chez certains chasseurs du dimanche (pas tous), il y a probablement ce type de comportement.
N’a pas un mental de guerrier qui veut.
C’est pour cela que lorsqu’une guerre est déclarée, les hommes partent la fleur au fusil (« on sera de retour dans 8 jours! »), appellent leur maman sur le champ de bataille et défilent quelques années après en disant: « plus jamais çà! »
On joue au football, au tennis… (de l’anglais « desport »), on ne joue pas à la guerre!

Le Bujutsu fait partie des arts martiaux donc guerriers, les Budo sont des arts martiaux rituéliques. Cà ressemble à la guerre mais ce n’est pas la guerre. C’est un combat rituélique, une « danse » guerrière avec des codes et des conventions plus ou moins conscients. Quand ces codes évoluent (dégénèrent?), nous aboutissons aux sports de combat et maintenant aux « gym-combats » avec des règles et des objectifs très différents.

La difficulté pour les Budo comme l’Aïkido est de garder les pieds sur terre, de ne pas perdre son essence martiale sinon autant pratiquer le Hatha-yoga qui est une Voie fabuleuse pour autant qu’elle ne soit pas réduite à une pratique de bien-être et de santé comme c’est majoritairement le cas.
Autre piège pour l’Aïkido est de ne pas tomber dans une danse maniérée où la recherche de l’esthétique pour l’esthétique devient l’objectif prioritaire. Le geste pure est esthétique car dépouillé d’une telle intention, imitation des mouvements de la nature, geste sobre quasi-invisible (enseignement Ura, caché, secret, réservé).
Toutes disciplines nécessitent… une discipline et un mode d’apprentissage avec ses règles, ses contraintes, en quelque sorte un formatage comme le solfège pour la musique et la barre pour la danse classique.
C’est là l’objectif principal des Kata quand ils ont été créés pour certains Budo. Ce sont des formes codées pour mettre en forme l’unité physico-psychique appelée couramment « forme de corps ».
C’est là le but des Aïki-taïso qui sont des exercices de prise de conscience de l’unité énergétique du corps et du mental.
Soyons lucide et reconnaissons que l’homme moderne des sociétés industrialisées est dégénéré et ne pourrait pas rivaliser avec un montagnard himalayen ou un « sauvage » des forêts. L’enfant de nos sociétés ne marche plus, court le 800m en 4 minutes au lieu de 3 et accuse très souvent une surcharge pondérale. L’absence d’activité physique n’est pas seule en cause, voire notamment l’alimentation moderne.

A partir de ces constatations, l’apprentissage de l’Aïkido doit respecter certaines règles pour le débutant, l’ancien et pour l’enseignant dans sa pédagogie.

Travailler avec un partenaire moins expérimenté est un acte et un devoir de transmission qui n’est possible que dans un travail fluide. Eventuellement juste ce qui faut de résistance quand il y a erreur, le moins d’explications possibles et le plus de sensations intuitives peuvent aider, tout en sachant que parfois un conseil peut être mal reçu par un partenaire susceptible.
Travailler lentement est fondamental pour pouvoir un jour arriver au travail rapide. L’inverse n’est pas vrai. Mais lenteur ne veut pas dire mollesse, absence de rythme, absence de concentration, absence de posture, absence de Ki. La joie de se retrouver en cours privé avec Saïto Morihiro amena un rappel à l’ordre pour prendre le temps de faire les mouvements et de ne pas confondre vitesse et précipitation.

Santo Morihiro

Saïto Morihiro

Que ce soit pour le débutant ou l’ancien, montrer sa force et sa capacité à bloquer est stupide et contre-productif. Nous aimons bien la métaphore du grand-frère qui tient par la main son petit-frère et le guide pour traverser. Le travail doit donc se faire en souplesse (Ju-no-geiko) avec une vitesse progressive, de la lenteur à la rapidité en fonction de l’expérience, du niveau des deux partenaires et bien sur de ce qui est demandé par l’enseignant. Si un travail en puissance  (Go-no-geiko) est autorisé parce qu’il s’adresse à des anciens, cela ne veut en aucun cas sous-entendre que Nage travaille en force physique et brutalement. Quand nous parlons de travail en puissance, il peut s’agir de puissance physique et de puissance de Ki. Si pour un ancien, tester sa technique sur une attaque violente et non conventionnelle est intéressant, cela ne justifie en aucun cas l’autorisation de massacrer Uke que ce soit physiquement ou mentalement! Nous avons maintes fois dénoncer l’irresponsabilité de ceux qui violentaient la colonne vertébrale d’Uke à fortiori quand il s’agit de vieux pratiquants qu’ils soient Maître ou pas. L’Aïkido est censé être un art de protection physique et mentale pour soi, pour l’autre, et un art de réconciliation pour les deux.
Kobayashi Hirokazu nous disait que quand il était jeune, il fallait que çà passe mais avec l’âge, il laissait faire!

Kobayashi Hirokazu

Kobayashi Hirokazu

Un enseignant Français nous confiait dans les années 70 avec ironie qu’il bloquait comme il voulait les élèves de Tohei Koichi à Tokyo. No comment!

Tohei Koichi

Tohei Koichi

Jouer les bourrins n’est qu’une preuve d’un égo très lourd sur la balance de la pesée des âmes dans l’ancienne Egypte.
N’oublions pas qu’une des richesses de l’Aïkido est de permettre à notre égo une relation à l’autre (Ki-musubi) avec bienveillance, de coeur à coeur (I shin den shin).

I shin den shin

I shin den shin

JMT

 
 

3 commentaires

  1. Marianne

    Très bel article Jean-Marie, comme toujours.
    Nous sommes tous en guerre avec nous-même pour ne pas laisser notre égo nous déborder, ce n’est pas facile!
    Petite anecdote, hier soir après le randori de Mylène, nous avons discuté avec Denis et Xavier et nous avons conclu que Denis était notre Cif à nous, car il a l’art de nous faire briller!!! Cela pour dire que certains savent vraiment faire ressortir les qualités que tous nous possédons sans le savoir parfois…

  2. Girod Olivier

    Ô Sensei dans « enseignements secrets » dit qu’un guerrier est appelé samouraï
    parce qu’il ou elle suit le chemin de la vie, pas parce qu’il ou elle manipule avec dextérité un sabre dans le seul but de tuer d’autres gens.
    Il y a encore pas si loin j’avais le surnom de « Kat », katerpillar (le bien nommé), c’est bien grâce à l’amour et le partage que j’ai reçu de vous et de l’Aïkido que j’ai la main moins lourde et le coeur plus léger.
    Merci encore Jean-Marie pour ces articles qui sont toujours très instructifs en plus d’être intéressants.

    • Tu es un bel exemple d’évolution. Merci pour ta lecture et ta présence.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *