Archives des tags :

Ki

Judo de rêve, Judo Aïki

Le Principe Aïki n’est pas l’exclusivité de l’Aïkido.

Mifune Kyuzo (1883-1965), 10e Dan de Judo le démontre merveilleusement bien face à des « étudiants » de haut niveau (6e, 7e et 8e Dan) plus jeunes, alors que lui dépasse les 70 ans, mesure 1,58 m pour 48 kgs.

D’aucuns pourraient les soupçonner d’amabilité voire de complaisance envers le « Vieux Maître ». Personnellement, nous ne le pensons pas au vue de son passé, invaincu dans les tournois du Kodokan et au vue de ces images.

C’est vraiment la Voie (Do) de la souplesse (Ju) qui est démontrée avec un relâchement du corps, une non-résistance.
C’est un état « gazeux » par contraste avec les états « solide » et « liquide ».
C’est le Judo traditionnel (non sportif) que l’on peut qualifier d’aérien où l’énergie physique est le support de l’énergie mentale, elle-même s’effaçant pour une action de non-pensée, de non-agir (Wou-wei).
C’est l’instantanéité, ici et maintenant, la vacuité.

Peut-on parler de Ki spirituel?

Ces images illustrent le principe Aïki, l’unité de toutes choses, ne faire qu’un avec l’autre parce que nous sommes Un par nature.

JMT

Mystification ou décadence?

Tsun Tseu l’avait bien expliqué: dans l’art de la guerre, tous les moyens sont bons pour tromper l’ennemi que ce soit la ruse, la tromperie ou la manipulation. Mystifier l’autre par une attitude physique, psychologique, en s’aidant de l’environnement ainsi que pratiquait Musashi Miyamoto en arrivant très en retard dans ses duels, en se mettant dos au soleil…est de bonne guerre, c’est le cas de le dire .

Lire la suite +

Cercles vertueux

par Patrick Berge
L’étymologie est la recherche de l’origine et du parcours historique du sens des mots. Le mot étymologie vient  lui-même d’une locution grecque signifiant recherche du vrai ; tout un programme!

Jeux de main

Etre centré revient à contrôler la périphérie.
Contrôler la périphérie revient à être centré.

Comme nous l’avons vu avec l’étude du Ma-aï, la connaissance du Centre entraine la maitrise de notre sphère ou bulle énergétique, laquelle sphère est liée à nos mains, prolongement de nos avant-bras eux-mêmes prolongement de nos bras, eux-mêmes prolongement… pour arriver au Centre.

La main est donc un outil capital, lien à la fois anatomique et mental donc lien énergétique.
En parlant de main, nous devrions détailler en analysant le travail des doigts comme nous l’avions fait il y a une quinzaine d’années en consacrant le premier séminaire à thème de 4 jours… au pouce!
Nous reviendrons ultérieurement sur une analyse approfondie et nous limiterons pour le moment à une présentation succincte de la main dans son ensemble.

Lire la suite +

Irimi, entrée dans l’Aïki

Dans les années 30, époque de l’Aïki-Budo et du Noma Dojo, Maître Ueshiba enseignait que l’Aïkido c’était 90% Irimi et Atemi.

Irimi et atemi

Irimi et Atemi

L’Atemi mérite et fera l’objet d’une étude à part entière.

Lire la suite +

La santé et l’Aïkido

Voilà un sujet qui nous intéresse au plus au point, on se demande bien pourquoi!

La sagesse populaire prétend que la santé est le bien le plus précieux et quand on a la chance de pratiquer un art martial comme l’Aïkido, voire d’être passionné, il est logique de se poser des questions, de comprendre les interactions entre ces deux domaines et de mettre en lumière les influences réciproques.

Lire la suite +

Jean-Daniel Cauhépé (1933-2013)

Il y a un an disparaissait Jean-Daniel Cauhépé. Comme nous l’avons écrit par ailleurs, nous le considérions comme un grand frère car il avait commencé l’étude de la Voie bien avant nous et l’avait poursuivie toute sa vie.

Nous fîmes sa connaissance en 1970 au stage de Marseille organisé par la Fédération Française d’Aïkido (FFAD) durant une semaine. Nous avions été prévenu avec trois critères qui nous interpelèrent:
« Il a un Ki extraordinaire.
C’est un cherchant, (c’est-à-dire un chercheur spirituel).
Il est théâtral ».
Les renseignements s’avérèrent justes et n’étaient pas pour nous déplaire!
Etait-ce l’amorce ou l’annonce d’un lien, toujours est-il que nous fumes appelé comme Uke, et c’est là que nous fûmes secoué!

Mais faisons un retour en arrière.

Né en 1933, fils d’un Professeur de médecine, père de la stomatologie française, Jean-Daniel (JD) fit la guerre d’Algérie comme officier parachutiste.
C’était un guerrier!
Son boulot était de « détruire un nid de mitrailleuse » et le destin voulut que les balles sifflaient près de lui fauchant ses hommes et le laissant indemne.

On peut supposer que sa maitrise de la mort, une des qualités du Hara date de cette époque.

Il commença les arts martiaux par le Judo puis l’Aïkido avec son frère Yves devenant les premiers élèves d’André Noquet à son retour du Japon en 1958.

En plus d’être un guerrier au regard tranchant comme l’acier et au Kiaï terrible (les anecdotes sont impressionnantes), c’était un homme très cultivé ayant posé très tôt une recherche analytique qui sera à la base des publications suite aux synthèses en coopération avec A. Kuang. Homme de laboratoire plus qu’enseignant désirant partager, nous étions un peu ses « éprouvettes » grâce auxquelles il faisait ses expériences!
C’était déjà le cas lors de notre première rencontre où comme nous le disions, nous fûmes choisi comme Uke.
Les attaques ne lui convenaient pas du tout. Trop jeune et surtout trop tendre!

« Ah, la banane! »

Tout le monde fut choqué (cela nous fut rapporté) et nous aussi!

Mais non, ce n’était pas une insulte mais une motivation pour exciter Uke.

« Attrape la banane! »

Ah bon, fallait le dire. S’il n’y a que cela pour lui faire plaisir, alors allons-y!

"Attrape la banane!"

« Attrape la banane! » (Marselle 1970)

Et là, le gentil Uke va devenir « méchant », hyper-yang type félin.
De cette expérience de dressage, nous garderons cette habitude au point d’être responsable d’accidents malheureux et regrettables lors d’examens sur des candidats qui n’avaient pas été dressés « la botte sur la tête ».
Ce qui nous attirait chez lui, ce n’est pas tant le technicien que l’artiste toujours dans la créativité et l’innovation. Il fut très tôt influencé par Tohei Koichi au point de ne pas retrouver l’influence de son  professeur comme c’est généralement le cas.  Ce n’était pas un artisan mais vraiment un artiste libre qui créait son Aïkido.

La rencontre en 1978 avec Tohei Koichi qui démontrait un Aïkido subtil plus les problèmes chroniques de fédération amenèrent la création d’un nouveau groupement (FFKA) avec comme référence le Ki et l’Aïkido de l’ancien chef instructeur de l’Aïkikai.
Hélas, une direction technique bicéphale n’est pas l’idéal et cette jeune fédération ne put résister aux pressions internes. Etait ce la seule raison? Certainement pas. Toujours est-il que nous nous retrouvâmes « orphelin » et comme il n’était pas question de retourner dans une autre fédération attirée par nos cotisations et sans aucune reconnaissance, le principe d’une Ecole autonome s’imposait.

C’est ainsi que naquit l‘Ecole Tenchi d’Aïkido en 1987, Ecole composée de Dojos semi-autonomes et sans directeur technique, mais ouvert à toute personnalité dont JD en particulier. Comme il n’était pas question d’être incorrecte, la droiture imposait de lui annoncer cette naissance lors d’un dîner… Sur le coup, nous fumes déçu par sa réaction mitigée, réaction que nous pûmes mieux comprendre des années plus tard en apprenant qu’il avait fondé son Ecole en …1986 avec notre ami Christian Laurenti. Le fait de ne pas avoir été invité à faire parti de ce groupe vu nos liens n’était pas un problème, mais le secret de cette création à l’origine et à posteriori resta surprenant.

Chacun est libre et maître de ses choix comme dans l’histoire de sagesse suivante:

« Un sage méditait au bord d’un ruisseau lorsqu’un scorpion entreprit de traverser le courant d’eau. Le voyant en difficulté et sur le point de se noyer, le sage le prit et le déposa mais ce faisant, le scorpion le piqua. Celui-ci, têtu, entreprit une nouvelle traversée et à nouveau commençait à se noyer quand le sage le sauva. Mais le scorpion le piqua encore. Un spectateur qui avait assisté à la scène s’exclama:
Pourquoi vous obstinez-vous à le sauver puisqu’il vous pique?
Et le sage répondit:
Sa nature est ainsi…
Si ma nature est bonne, pourquoi voulez-vous que je la change »?

Fidèles à nos principes, cela ne nous empêcha pas d’inviter JD en stage,

En stage à Gogolin (1993)

En stage à Cogolin (1993)

 

en séminaire à l’Abbaye en 1994,

En séminaire de 4 jours à l'Abbaye (1994)

En séminaire de 4 jours à l’Abbaye (1994)

et à l’occasion du 20e anniversaire en 2007 où différentes figures qui nous accompagnèrent  au long de notre cheminement, nous firent la surprise de répondre à l’invitation « secrète » de Den.

A l'Abbaye pour le 2Oe anniversaire de l'Ecole Tenchi d'Aïkido

A l’Abbaye pour le 20e anniversaire de l’Ecole Tenchi d’Aïkido (2007)
A gauche de JD, Igor Vassilieff qui fut le Président de la FFKA en 1978

 

Nous avons déjà expliqué pourquoi le principe d’une Ecole était préférable à une organisation lourde et multicentrée. Plus une structure administrative et relationnelle devient complexe, plus elle devient fragile. Nous ne pouvons donc qu’adhérer et encourager les initiatives de type Ecole autonome. Le principe Aïki est déjà difficile à réaliser pour l’individu mais pour  un groupement, cela devient mission impossible!

Au-delà des organisations, des stages mémorables nous réunissaient comme à Trets (1982), mais surtout des soirées où ses talents de danseur s’exprimaient au grand jour (ou plutôt la nuit!).

Son déplacement « secret » en 1983 pour rencontrer Tohei Koichi en Italie ne fut pas un succès. Nous ne nous étendrons pas sur les raisons; disons simplement que la recherche du vide  en Aïkido ne veut pas dire faire le vide autour de soi! Nous en ferons nous-même l’expérience 4 ans plus tard avec un entourage qui veut garder jalousement son sensei pour lui.
Etre maître en Aîkido est une chose, être maître dans la vie en est une autre!
Si une lanterne allumée brille plus facilement entourée de lanternes éteintes, la transmission de la lumière ne pourra pas se faire!
On comprend dès lors pourquoi l’influence de Tohei Koichi resta limitée en France et en Europe.

Ces liens qui n’arrivent pas à se nouer engendrent un point positif. Le chercheur reste un loup solitaire et il ne doit compter que sur lui pour avancer. C’était le cas de JD qui avait dépassé les influences des experts rencontrés pour s’approprier « son Aïkido » (transmission traditionnelle Shu Ha Ri).

Nous ne parlerons pas de l’homme en dehors de l’Aïkido étant du domaine privé. Les 18 derniers mois de sa vie furent à la fois très douloureux et à la fois très riche d’évolution spirituelle. Son épouse l’accompagna avec un dévouement extraordinaire de tous les instants digne d’admiration.

Même avec une pédagogie particulière, c’était un homme de transmission…de Ki.
C’est ce qui nous a séduit.
C’est ce que nous avons reçu.
C’est pourquoi nous lui en sommes reconnaissant.

Et même si tu ne danses pas sur les nuages,

Merci l’artiste!

JMT

ABI 2014: un grand cru

Le 27e séminaire s’est donc déroulé pendant les 4 jours du pont de l’Ascension. N’ayons pas peur de prétendre que ce fut un grand succès, pas tant sur le nombre de pratiquants mais sur la qualité et surtout les indéniables progrès réalisés.
Remercions tous ceux qui ont permis une organisation, une installation des équipements et un confort de pratique, d’intendance et de réjouissance.
Hommage à tous les participants qui ont oeuvré à tout moment de façon spontanée et efficace pour que la vie commune soit légère au point que la mise en ordre lors du dernier soir passa inaperçue.

Lire la suite +

Graine, racine, feuille et fleur

Une graine,
Une racine,
Une feuille,
Une fleur,
Le mouvement de la vie,
Le mouvement du KI,
KOKYU.

Planète Aïkido

par Jacques Thomas-Lacroix

AF1A1320 - Version 2Je suis venu un jour au Dojo et depuis, j’y retourne toujours!
« Quand on cherche on ne trouve pas! » nous dit l’adage populaire.
Je ne cherchais rien… j’y ai trouvé une bande de joyeux compagnons pratiquant avec ferveur et un maître transmettant son art avec un brio et une passion chaque jour renouvelés.
Au Dojo, j’ai découvert un art source de connaissance des infinies possibilités de ce corps si familier et pourtant si méconnu.
Sur le Tatami, plus d’âge, plus de muscle, c’est la conduite du ki, l’énergie de vie qui mène la danse.
Ici, pas de compétition et pas de vainqueur.
Par l’interaction avec le partenaire, l’engagement martial ouvre des voies inimaginables pour le néophyte que j’étais.
Ce chemin est la route d’une vie, on n’a jamais fini d’apprendre!
Alors je retourne au Dojo!

Page 1 sur 212